Poème : « À Saint Antonin, martyr » signé Frayssinet

Poème en hommage à Saint Antonin ; signé A. Frayssinet

À Saint Antonin, martyr

La rencontre

Salut, ô vieux témoin de la Bonne nouvelle,

Vois à tes pieds les fils de tes premiers enfants ;

Dans ses murs aujourd’hui Noble-Val te rappelle ;

Tu l’as soumise à Dieu, garde-la des méchants

La vision

Reconnais-tu ces champs où ta sueur féconde

Fit naître un peuple de Chrétiens,

Ce rocher sourcilleux, cette gorge profonde,

Là demeurait Festus, ton ami, ton soutien.

Reconnais-tu ce fleuve aux rives sinueuses,

Dont les ondes capricieuses

Frémirent sous l’esquif, où de la mort vainqueur

Tu revins parmi nous, à tes serments fidèle,

Reposer aux lieux que ton zèle

Avait soustrait aux ombres de l’erreur ?

L’éternel Noble-Val

Ici rien n’a changé : les siècles s’amoncellent

Sans ternir notre antique foi ;

Les trônes sont tombés, les Empires chancellent,

Mais l’amour de ton peuple est le même pour toi.

Désirs d’apostolat

Si, dans un jour d’erreur, des âmes abusées,

Sur tes Reliques vénérées

Portèrent une main trop prompte à s’émouvoir,

Dieu jugera ta cause, et toi fais-leur connaître

L’Épouse unie au Divin Maître ;

Par tes bienfaits, montre-leur ton pouvoir.

La prière

0 Dieu ! la couronne et la gloire

De tes soldats, de tes martyrs,

C’est toi qui donne la victoire,

C’est toi qui comble les désirs.

Pour nous, qui chantons les louanges

De ces heureux triomphateurs,

Fais qu’avec eux et tes saints anges

Au ciel, nous soyons tous vainqueurs.

A. FRAYSSINET

Source :Abécédaire : volume 3 (lettre F) Michel Ferrer

Lien en format texte :  poeme Frayssinet

 

 

 457 total,  7 aujourd'hui