La ville de Saint-Antonin (ses appellations primitives – son Monastère) Chanoine F. Galabert

La ville de Saint-Antonin (ses appellations primitives – son Monastère) par M. Le Chanoine F. Galabert, membre de la Société

Article de 10 pages qui, outre l’histoire ancienne de la ville, évoque le monastère et les reliques du saint.

« A l’époque gallo-romaine la division administrative, qui marquait la limite d’une province ou même d’un pays, portait le nom de marca, marche, c’est pourquoi on disait Marca Hispanica, Marca Tolosana, que Du Cange signale à la date de 727 ; on dit de même plus tard la Basse Marche du Rouergue,etc.

La marca Condadense est mentionnée dans un acte de 869 où une femme Mancia donna à Ydalguier, abbé des monastères de Saint-Antonin et de Saint-Théodard réunis, domaine situé à Salas, en Quercy, le long du Tescou. Condate, celtique, dont on a fait l’adjectif Condadense, signifie confluent, et il fait comprendre, comme le dit au reste l’acte susmentionné, que le monastère de Saint-Antonin était situé en Rouergue, au confluent de l’Aveyron et de la Bonnette : locum sacrum sancti Antonini qui est situs in pago Rutinico, in marca Condadense, super fluvium Avarione seu et Bonna ubi modero tempore Ydalgarius, abba, preesse videtur (1).

(1) Arch. de Tarn-et-Garonne (…)[divider] 

Pour accéder au document, cliquez sur ce lien
 : Société_archéologiqueT-G Galabert ville SAntonin

Source : Gallica Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne

Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne.   Bulletin archéologique historique et artistique de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne. 1929.

 

 128 total,  4 aujourd'hui